contact AASO :v.lechantoux@aero-aaso.com |

Acualités

Suivez les news et événements AASO

2017 a consacré l'émergence des "small sat", ces mini-satellites de moins de 600 kg envoyés en orbite basse. Il y a eu l'année dernière quelque 335 lancements enregistrés : un chiffre record, multiplié par 6 en cinq ans. Et l'avenir s'annonce florissant : "il y a actuellement 160 propositions de constellations avec un total de 25 000 petits satellites", note Martin Sweeting, Président exécutif de l'opérateur français Surrey Satellite Technology. Les constellations de mini-satellites permettent un renouvellement des clichés d'observation de la Terre inégalé, ainsi qu'un Internet haut débit bon marché. Quelques ombres au tableau subsistent toutefois : la rentabilité d'abord, puisque les lancements, par ailleurs limités aux espaces restés vacants sur les lancements de plus gros volumes, restent trop chers et trop limités. Parallèlement, les "small sat" disposent d'une durée de vie réduite, puisque placés en orbite basse et dépourvus de systèmes de propulsion, ce qui les amène régulièrement à retomber en brûlant dans l'atmosphère. Enfin, la valeur des images d'observation des petits satellites reste limitée car "deux-tiers d'entre elles sont composées d'océans et de nuages, et pour le besoin d'informations locales, les drones restent plus performants", estime Grégory Pradels, chargé du développement des applications nanosats d'Aerospace Valley. Les enjeux du boom des mini-satellites réside autour de lancements qui leur soient uniquement dédiés, de la miniaturisation des systèmes de propulsion et du renforcement de la chaîne de valeur par de l'analyse des images collectées.

13 février 2018 - Les Echos